Retraite : les opportunités de fin 2015

La situation démographique et économique de la France, ainsi que le contexte sociétal pèsent en défaveur de nos systèmes de retraite par répartition. Les français se déclarent inquiets en pensant à la retraite. Pour 60 % d’entre eux, le financement des retraites est une priorité. Quelles sont les opportunités de fin d’année en vue de se constituer des revenus complémentaires pour la retraite ?

 

Visuel -retraite

PERP

Accessible à tous (salariés, chefs d’entreprise, fonctionnaire, personnes sans revenus…), le Plan d’Epargne Retraite populaire (PERP) est destiné à toutes les personnes désireuses de s’assurer un revenu complémentaire à vie. Vous effectuez des versements, modulables en fonction de votre situation, aucune obligation de cotisation annuelle minimale n’est prévue. Votre épargne est bloquée jusqu’à votre départ en retraite (sauf cas exceptionnels) et vous sera reversée, sous forme de rente, jusqu’à votre décès. Le PERP propose également une possibilité de sortie partielle en capital (20 %) sans conditions. En contrepartie, vous bénéficiez d’un avantage fiscal « à l’entrée» : les sommes versées sur votre PERP sont déductibles de vos revenus annuels imposables (à hauteur de 10 % dans la limite de huit fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale), ce qui contribue à diminuer vos impôts.

Le PERP est également un excellent outil de protection du conjoint. Les conjoints mariés ou pacsés peuvent mutualiser leur plafond épargne retraite (information présente sur votre avis d’imposition). Le conjoint peut donc utiliser le plafond de l’autre conjoint pour se constituer une épargne à son nom. Par ailleurs, le PERP est déblocable en cas de décès du conjoint. Enfin, plusieurs options sont possibles au moment de la sortie en rente pour l’assuré ou la protection des bénéficiaires.

Opter pour une rente viagère avec réversion permet, en cas de décès, d’assurer des revenus à son conjoint. Afin d’assurer à ses proches un revenu régulier sur une période déterminée, il est également possible d’assortir la  rente viagère d’annuités garanties. Le principe est de garantir, quoi qu’il arrive, le versement d’une rente sur une durée minimale (ex : pendant 10 ou 15 ans). Ces options sont également possibles dans le cadre de la
solution de retraite Madelin.

MADELIN RETRAITE

Destinée aux travailleurs non salariés (artisans, commerçants…) et aux professions libérales, cette solution permet, à l’instar du PERP, une déduction fiscale des versements de son assiette taxable à l’impôt sur le revenu.
Mais le dispositif Madelin offre une enveloppe de déductibilité supérieure à celle du PERP1. Le contrat Madelin doit être alimenté par des versements réguliers. La sortie s’effectue obligatoirement en rente viagère, versée jusqu’au décès.

1Aux 10%, s’ajoute un second étage de déductibilité à hauteur de 15% de la rémunération comprise entre un et huit plafonds

PLAN D’ÉPARGNE RETRAITE COLLECTIF (PERCO)

De plus en plus d’employeurs s’emparent de la problématique qui, pour certains, relève de la politique sociale de l’entreprise, quand d’autres y voient une composante du package de rémunération.
Le PERCO est un dispositif d’épargne d’entreprise dédié à la retraite des salariés, en bénéficiant de l’aide éventuelle de son employeur, appelé abondement. Le PERCO séduit entreprises et salariés, en raison de ses
nombreuses qualités : sortie en rente ou en capital au choix du salarié, déblocage anticipé en cas d’achat de la résidence principale, régime fiscal et/ou social attractif pour l’employeur et le salarié (taxation de l’entreprise « forfait social » 16 %2, versements de l’employeur exonérés d’impôt). Le PERCO connaît un succès croissant.

2Si le PERCO y est éligible :

  • le règlement du PERCO doit prévoir que ces versements soient affectés par défaut à une allocation permettant de réduire progressivement les risques financiers
  • l’allocation doit être affectée à l’acquisition de parts de fonds qui comportent au moins 7 % de titres susceptibles d’être employés dans un plan d’épargne en actions destiné au financement des PME et des ETI.

DISPOSITIFS COMPLÉMENTAIRES

Les dispositifs étant complémentaires, les enveloppes de déductibilité étant communes, il est opportun de déterminer une stratégie combinée. Par ailleurs, votre conseiller se tient à votre disposition pour définir la stratégie la plus adaptée à vos objectifs et vous accompagner dans la réalisation des versements opportuns de fin d’année.

Prenez le contrôle. Investissez pour le futur.

Visuel -retraite2

Ce qu’il faut savoir sur la complémentaire santé obligatoire

Dernièrement, la circulaire ACOSS3 a précisé qu’en matière de frais de santé :

  1. Il est interdit de prévoir une condition d’ancienneté pour bénéficier de la couverture de tous les salariés par la complémentaire obligatoire à horizon du 1er janvier 2016 ;
  2. Les salariés peuvent choisir de ne pas affilier leur famille quand bien même la couverture est de type familiale et obligatoire. A titre d’exemple, un salarié peut désormais choisir que son conjoint et ses enfants ne seront pas affiliés à sa complémentaire santé d’entreprise s’il peut apporter les justificatifs concernant leur affiliation à une autre complémentaire santé. Ces deux dispositions viennent s’ajouter à l’ensemble des conditions de fond et de forme en matière de protection sociale, notamment les obligations liées au cahier des charges du contrat responsable et au panier de soins minimum obligatoire à partir du 1er janvier 2016. Le non-respect de ces conditions étant sanctionné par la remise en cause des exonérations de charges sociales et fiscales, il est indispensable de se préoccuper de ces problématiques sans attendre !


Laisser un commentaire