Actualités des marchés financiers

Entre un début d’année catastrophique pour les actions, et des résultats électoraux déjouant tous les pronostics, rien ne se sera passé comme prévu en 2016.

Les différentes élections qui ont eu lieu cette année ont généré des moments de forte volatilité sur les marchés actions mais également sur les taux et les devises.

Le calendrier électoral à venir est encore très chargé : France, Allemagne, Pays-Bas… S’ajoute à ce calendrier l’incertitude totale qui va entourer les conditions du Brexit. Les prévisions de croissance sont plutôt solides dans toutes les zones : le FMI prévoit 1.5% de croissance en zone Euro pour 2017, 2.2% pour les Etats-Unis (qui devraient, en outre, bénéficier de la politique de relance annoncée par Donald Trump). Les pays émergents voient leurs perspectives économiques s’améliorer, grâce, notamment, au redressement du prix des matières premières. A moyen/long terme, les marchés actions devraient encore être porteurs, mais attention, cette hausse s’accompagnera probablement d’une volatilité importante.

Au niveau des taux, il semble acquis que la hausse est enclenchée. Démarrée en juillet et confirmée suite à l’élection de Donald Trump, le 10 ans américain est passé de 1,37 % début juillet à 2,39% fin-novembre, soit son niveau de début d’année. La BCE, quant à elle, a poursuivi son programme de rachats d’actifs prévus jusqu’en mars 2017 et a contribué à l’amélioration des conditions de crédit dans la zone euro. Cela est un apport très positif à la croissance. Difficile de savoir ce que décidera la BCE quant à une prolongation ou non du programme. Mais il est certain qu’elle ne mettra pas en péril la dynamique de croissance qui semble s’installer en zone euro. Quoi qu’il en soit, les taux européens ont également amorcé une phase de hausse. Le 10 ans français passant de 0,1 % en juillet à 0,76 % fin-novembre. La remontée des taux, si elle se poursuit, aura pour conséquences des performances négatives sur la plupart des fonds obligataires des pays développés. Dans ce contexte, les fonds de dettes émergentes, avec leur niveau de rendement intrinsèque plus élevé, pourront probablement sortir leur épingle du jeu. Il en est de même des stratégies indexées sur l’inflation, car cette dernière devrait également être en hausse.

Coté actions, il est indispensable d’être investi pour profiter de la croissance mondiale, mais sans doute de le faire progressivement afin de niveler les prix d’entrée. Il est également important de se diversifier en termes géographiques : au 30 novembre, depuis le début de l’année, et pour un investisseur en euros, le marché actions américain réalise une hausse de +9.7%, le Japon fait +3.3% tandis que le CAC 40 baisse de 2.1%.

Bref, 2017, une année désormais comme les autres : volatile, pleines de surprises, où la diversification sera primordiale.



Laisser un commentaire